Mirage’s memories: Tome 1 La dernière cité- S-P DECROIX

xcover-2926À la suite du Grand Bouleversement, la Terre s’est transformée en un désert aride et le génome humain a été modifié. Dès lors, certains Hommes ont muté en êtres surpuissants, dotés de Pouvoirs extraordinaires : les Télépathes. Un conflit éclate alors entre les deux peuples encore en vie sur Terre : les Hommes, restés au rang d’humain et ces fameux Télépathes, doués de ce « Chi ». L’un de ces êtres surpuissants, Amos, aussi appelé « le Maître Télépathe », a une totale emprise sur son propre peuple et n’a qu’une idée en tête : asservir les Hommes.
Mais que cache réellement sa soif de pouvoir ?
L’histoire débute en 3697, au beau milieu d’une guerre des clans, tandis qu’Andrew et ses amis, des Télépathes rebelles, tentent de rejoindre la dernière Cité des Hommes : Mirage. Ils y feront la connaissance de l’énigmatique Darius, le chef de la Cité. Ils se prétendent résistants ? Ils seront ses prisonniers.
Andrew et ses amis parviendront-ils à vaincre Amos et rétablir la paix sur une Terre dévastée ?

Je tiens à remercier l’autrice S-P Decroix pour m’avoir invitée à lire le premier tome de sa saga Mirage’s Memories, la dernière cité. Dans ce roman de science-fiction, le lecteur est plongé dans un univers post-apocalyptique. La Terre, telle qu’on l’a connaît actuellement, a bien changé. Victime du réchauffement climatique, elle a subi un énorme bouleversement, tout n’est plus que désert aride où deux clans humains tentent, tant bien que mal, de survivre: les Télépathes aux supers-pouvoirs face aux Hommes, vous l’aurez deviné, sans pouvoirs particuliers. Le désir le plus cher du « maître » des Télépathes et de détenir le pouvoir suprême en détruisant ces Hommes. Ce thème a été de nombreuses fois emprunté dans la littérature, je pense notamment à Dune de Frank Herbert, et au cinéma comme dans Les chroniques de Riddick. Les exemples sont nombreux. Bien que le synopsis sur le papier semblait peu original, la lectrice curieuse que je suis, espérait un possible renouvellement du genre.

Je me suis très vite rendue compte, dès les premiers chapitres, que ce roman n’était pas adapté à mon profil de lectrice: certes je suis plutôt éclectique dans mes choix de lectures mais il existe certains lieux communs communément exploités dans la littérature qui, excusez moi du terme, m’agacent fortement, et malheureusement Mirage’s memories Tome 1 en est bourré…

Avant de rendre dans le vif du sujet, je tiens à nuancer mes propos. Premièrement, mon avis est purement subjectif, je peux comprendre que les défauts que je lui trouve puissent être au contraire des qualités pour d’autres lecteurs. Chaque lecture doit être selon moi replacée dans son contexte: l’âge du lecteur, son expérience de vie, son cadre de référence, sa sensibilité etc… Deuxièmement, justement, je ne connais pas « l’histoire » de ce roman. J’espère que l’autrice pourra m’éclairer sur le point que je vais aborder: S-P Decroix dit avoir écrit ce roman à l’âge de 16 ans. Elle en a désormais 43. Je m’interroge sur le remaniement du roman ou pas: est ce que le roman dans sa forme actuelle est celui de l’ado de 16 ans ou a t-il été retravaillé depuis? Ce point crucial pourrait me faire revenir sur mon jugement en effet…

Revenons aux lieux communs… S’il y a bien une chose qui me hérisse les poils dans un roman, qui me fait lever les yeux au ciel c’est la romance entre deux personnages qui au premier regard, savent qu’ils sont fait l’un pour l’autre avec surtout le florilège de descriptions hyper stéréotypées qui va avec, du genre « mon coeur s’emballe, je tremble, j’ai des sensations dans le mal ventre, ses lèvres m’attirent, il est plutôt beau gosse… ». A cela vous rajoutez les nombreux monologues intérieurs où les héros « luttent » pour ne pas céder à la tentation car ils ont une mission à accomplir ou encore parce que  le mec (ou la nana) attirant est l’ennemi. La manière dont est exploitée la romance peut plaire, j’en suis consciente mais très peu pour moi…

J’ai ressenti un manque de profondeur dans le traitement des personnages et la présence des stéréotypes du genre: le mec ténébreux et mystérieux, le mec coureur de jupons, le mec sérieux, la nana badasse, la gentille fille,  le grand sage, le grand méchant…Plus de complexité dans leurs caractères auraient été la bienvenue.

Les scènes d’action sont plutôt bien amenées et restent crédibles mais aucune surprise de ce côté également: j’ai, pour ma part, compris très vite les liens qui unissaient les personnages et le passé de certains. Concernant l’écriture, elle est maîtrisée, fluide, le roman se lit bien. Petit bémol concernant les dialogues qui eux également manquent de profondeur.

Malgré un synopsis de départ convaincant bien que peu original, Mirage’s Memories Tome 1, la dernière cité ne m’a pas convaincu. La faute en est au manque de profondeur du roman en général, et surtout, aux clichés maintes à maintes fois rencontrés dans la littérature, quand il s’agit de décrire une romance et les protagonistes qui rentrent en jeu. Peut être que ce roman m’aurait plu à l’âge de 15-16 ans mais à bientôt 33 ans, je cherche plus de complexité dans l’intrigue et le traitement des personnages. Certes, l’écriture agréable a fait que je n’abandonne pas le roman mais malheureusement ce dernier sera vite oublié. 

 

12/20

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s