Le costume du mort- Joe HILL

51queskofjl._sx307_bo1,204,203,200_Joe Hill ne vous dit peut être pas grand chose… Et si je vous dis Stephen King? Là, il y a certainement de très fortes chances pour que ce nom ne vous soit pas inconnu. Et oui, je vous parle bien évidemment du maître incontesté de l’horreur- cela n’engage que moi, j’attends mes détracteurs 😀 Joe Hill n’est pas un autre de ses pseudonymes (on se rappellera de Richard Bachman) mais bien le nom qu’à choisi son fils, pour se démarquer de la célébrité de son père, dans la sphère littéraire. Parce que son fils est bel et bien écrivain lui aussi! Et il ne manque pas de culot et de courage puisqu’il a décidé de suivre les traces de son père en choisissant comme genre de prédilection l’horreur et le fantastique! Le costume du mort, publié en 2007, que je présente ici, est son premier roman. Alors, est ce que le fiston est à la hauteur de papa? La réponse ici!

On retrouve dans le costume du mort, tous les ingrédients nécessaires pour confectionner un bon roman fantastique: un fantôme venant hanter un vivant au travers d’un objet qui lui appartenait (le costume), des scènes angoissantes, des cauchemars, de l’étrangeté. On observe aussi pas mal l’influence de son père notamment dans la manière d’amener l’étrangeté dans la banalité du quotidien des personnages, le rock’n’roll, la présence de chiens, de femmes menues, des aires autoroutes, des motels etc…

Malheureusement après un certain enthousiasme pour ce début du roman qui s’annonçait assez prometteur (certaines scènes assez flippantes dignes d’un film d’angoisse, des personnages atypiques) l’ennui s’est ensuite fait ressentir. Malgré une véritable envie de connaître ce que réservait l’auteur aux protagonistes principaux, Jude et Marybeth, le récit n’a pas réussi à me tenir en haleine. On tombe vite dans les répétitions, les clichés du genre fantastique, un style qui s’essouffle au fils des pages. Dommage. L’originalité de l’intrigue n’aura pas été suffisante pour apprécier pleinement ce roman.

Malgré une accroche plutôt sympathique, de bonnes bases fantastiques et une intrigue originale, Le costume du mort reste un roman sans grande surprise avec un dénouement qui retombe comme un soufflet. Certains lecteurs, peu habitués du genre, pourront y trouver leur bonheur, mais pour les plus invétérés, la lassitude risque de pointer le bout de son nez. Toutefois il ne faut pas oublier que le costume du mort est le premier roman de l’auteur ainsi on peut espérer que les suivants soient de meilleure qualité. Je suis curieuse de lire Cornes, son second roman.